Gordon Newton

Gordon newton

23/06/1924 – 30/09/2018
Quand la guerre éclate en 1939, le jeune Gordon Newton, 15 ans, vit dans le Yorkshire où il travaille 80 heures par semaine dans une usine produisant de l’alliage à partir de papier d’argent, à un poste réservé à l’effort de guerre. Comme beaucoup de jeunes hommes, il sert également dans la Home Guard.

Gordon décide qu’il n’est pas fait pour un emploi réservé et en 1942, il se porte volontaire pour rejoindre l’armée et est assigné au Royal Sussex Regiment. Cependant, la vie semble bien plus palpitante dans les forces aéroportées formées tout récemment et en 1943, il se porte volontaire pour le Régiment de parachustistes.
Quand la guerre éclate en 1939, le jeune Gordon Newton, 15 ans, vit dans le Yorkshire où il travaille 80 heures par semaine dans une usine produisant de l’alliage à partir de papier d’argent, à un poste réservé à l’effort de guerre. Comme beaucoup de jeunes hommes, il sert également dans la Home Guard.
Gordon décide qu’il n’est pas fait pour un emploi réservé et en 1942, il se porte volontaire pour rejoindre l’armée et est assigné au Royal Sussex Regiment. Cependant, la vie semble bien plus palpitante dans les forces aéroportées formées tout récemment et, en 1943, il se porte volontaire pour le Régiment de Parachutistes. À la fin de sa formation, avec son béret rouge et ses deux shillings supplémentaires par jour, il est envoyé rejoindre le 9ème Bataillon de Parachutistes de la 6ème Division aéroportée.
Le Jour J, la mission de ce bataillon consiste à attaquer la Batterie de Merville et détruire ses canons à longue portée. Bien que parachutiste, Gordon appartient à l’unité des planeurs qui doit atterrir dans la zone où se trouve la batterie, en même temps que les parachutistes l’attaquent. Gordon Newton a le discutable privilège de porter un lance-flammes qui doit être utilisé dans l’attaque des casemates. Malgré un vol assez mouvementé, à cause de turbulences et de l’ouverture du parachute de freinage, son planeur arrive au-dessus des côtes où il subit les tirs anti-aériens. « Les obus allemands traversaient l’avion. Un projectile a touché mon lance-flammes, le rendant inutilisable ». Le planeur atterrit à une certaine distance de la batterie.
Gordon et ses collègues rejoignent finalement le reste du bataillon et continuent le combat jusqu’en septembre, quand la division retourne en Angleterre.
À Noël 1944, le bataillon de Gordon participe à l’action défensive visant à arrêter la contre-attaque allemande dans les Ardennes en Belgique. L’opération Varsity s’ensuit le 24 mars 1945 au cours de laquelle Gordon saute en parachute avec son bataillon. Il combat avec la division à travers le nord-est de l’Europe jusqu’à Wismar, sur la côte balte afin d’empêcher les Russes de « libérer » le Danemark.
Une fois la guerre en Europe terminée, le bataillon de Gordon est envoyé en Extrême Orient pour combattre les Japonais. Mais la guerre se termine et le 9ème Bataillon est redirigé vers la Palestine en mission de maintien de la paix.
En 1947, Gordon Newton, jeune caporal de 22 ans seulement, est enfin démobilisé, après avoir participé à trois grandes batailles durant la guerre. En juillet 1947, il choisit de faire carrière dans la Metropolitan Police Force.
En 1977, Gordon devient citoyen d’honneur de la ville de Londres, il est nommé Chevalier de la Légion d’honneur par le gouvernement français en 2005 et, en juin 2006, il devient citoyen d’honneur de la ville de Merville-Franceville.
Il est revenu en Normandie chaque année en tant que secrétaire du Reunion Club du 9ème Bataillon.

« Il nous a laissés sans tracas ni traumatisme. Je crois qu’il savait que la fin était proche et qu’il était prêt à partir. En tant que famille, nous sommes dévastés, mais nous savons qu’il a vécu une vie riche et heureuse sans regrets. »
Jill Moore
Fille de Gordon Newton