George A. Moodie

George A. Moodie

20/02/1925 – 25/01/2012

George ‘Jock’ Moodie est né à Édimbourg en février 1925. Footballeur passionné, on s’attendait à ce qu’il joue pour Hearts jusqu’à ce que la guerre l’en empêche. Lorsque ses papiers d’appel sont arrivés, il voulait rejoindre la R.A.F en tant que tireur. Il a rejoint les Royal Scots pendant 8 mois lorsqu’il a vu l’affiche demandant des volontaires aéroportés, il a rapidement postulé, grâce à la prime accordée aux parachutistes. Il est allé à Ringway pour obtenir ses ailes et les a obtenues ainsi que son béret rouge après avoir effectué ses 8 sauts. Il a été placé dans le 9ème Bataillon de parachutistes, anciennement 10th Essex, dans le 12ème Peloton, de la Compagnie C. Son commandant de peloton était le Lieutenant Alan Jefferson.

Aux premières heures du jour J, avec seulement 150 hommes, ils se sont déplacés en direction de leur objectif. Au moment de l’assaut, il a vu Alan Jefferson se faire toucher et tomber en chemin. Il atteint la casemate n°1 après Sid Capon et Frank Delsinior qui étaient déjà entrés. Après quelques combats au corps à corps dans et autour de la casemate, la pièce d’artillerie à l’intérieur a été neutralisée. Après avoir secouru les blessés et averti le croiseur Arethusa, ils se dirigent vers le 2ème objectif. George était avec le bataillon tout au long de la campagne de Normandie et a même dû s’improviser comme servant de mortier au château de St Côme. Il est retourné en Angleterre début septembre pour un repos, une récupération et des remplacements bien nécessaires. George a continué à servir avec le 9ème bataillon pendant la campagne des Ardennes et la traversée du Rhin, qu’il a considéré comme la pire chose à vivre. Après la guerre, il est allé en Palestine pendant 3 ans, se retrouvant dans le 3ème bataillon lorsque la 6ème division aéroportée a été dissoute. Il a rencontré sa femme Hillary Slone en 1949. Il a quitté l’armée pendant un an avant de vouloir y revenir. Il a servi en Égypte, en Grèce, à Chypre et en Jordanie, mais a raté le largage de Suez, à son grand mécontentement. Il a finalement quitté les paras, juste après la naissance de son fils Doug en 1966. Il a ensuite servi comme sergent dans la police jusqu’à sa retraite en 1985. Il est retourné dans son Écosse natale en 1992 pour s’installer à Glenrothes. La dernière visite de George en Normandie remonte à 2011 et décéda en début d’année suivante, en janvier 2012. Sa petite-fille Izzy Roberts a déposé ses cendres en Normandie.