Articles  publiés dans Ouest-France
21/04 – Hommage aux aviateurs dont l’avion s’est écrasé sur la plage le 18 avril 1943

18-avril-1943

Recueillement et dépôt de gerbes autour de la tombe des aviateurs de la Royal Air Force.
Ces aviateurs de la Royal Air Force ont longtemps été oubliés de l’Histoire. Depuis 5 ans, élus et anciens combattants ont réhabilité leur tombe et leur rendent les honneurs.

L’histoire
Ils étaient 9 dans ce bombardier de la Royal Air Force ce 18 avril 1943. Ils rentraient d’une mission sur l’Italie. Victime de tirs ennemis, leur avion s’est écrasé sur la plage de Merville-Franceville. Il n’y a eu aucun rescapé. Le lendemain matin, les autorités locales extrayaient cinq corps de la carcasse complètement broyée, le surlendemain deux autres corps pouvaient être récupérés. Les deux derniers occupants n’ont pu être identifiés.
Les 7 militaires ont été inhumés dans le cimetière de Merville en présence des Allemands, qui leur ont rendu les honneurs militaires.

« Notre devoir est de les honorer »Mardi, en fin d’après-midi, les anciens combattants, des membres l’association franco-anglaise de gestion de la Batterie et le maire, Olivier Paz, se sont retrouvés autour de leur tombe pour un dépôt de gerbes et une minute de silence. « Ils sont dans la mémoire collective, notre devoir est de les honorer », a déclaré le maire.

Puis le groupe s’est dirigé vers la tombe d’un Francevillais, tombé le jour de la victoire, le 8 mai 1945. « Jacques Oradou, à bord de son engin, participait dans une escadrille à la Fête de la victoire. Un looping de trop et l’avion s’écrasait sur la base de Salon-de-Provence. Son corps a été rapatrié à Merville-Franceville. »

Cet aviateur a été reconnu comme victime de guerre, il est titulaire de la Croix de guerre. Lui aussi n’est pas oublié par les Francevillais et sa tombe est régulièrement fleurie, tous les ans.

11/04 – Un canon de la Brigade Piron a été mis en place

canon

Le site de la batterie de Merville ne cesse de s’étoffer de pièces authentiques. Alors qu’une soute à munitions a été déblayée l’an passé, afin de l’ouvrir au public, les membres de l’association viennent d’installer un canon sur cette même soute, près de la casemate n° 4, dédiée à la Brigade Piron. Ce canon fut utilisé par les artilleurs de cette même brigade pour libérer Merville-Franceville, le 18 août 1944. Cette nouvelle pièce du musée, un canon 25 pounder d’origine britannique, a été récupérée au musée d’Arromanches.

 

 

 

 

5/04 – La Légion d’honneur remise à deux vétérans du D-Day

legion

La gestion du site de la Batterie de Merville est confiée à une association franco-britannique, présidée par Olivier Paz, maire. Dans un souci d’équité, les conseils d’administration ont lieu alternativement à Merville et à Londres.

Ce week-end, ce sont les Français qui se sont déplacés pour la réunion, dimanche matin. Des travaux permettent de statuer sur ce qui a été accompli et sur les projets, notamment l’achat d’un terrain sur lequel seront programmés la construction d’un local d’accueil, le hangar pour le Dakota et la mise en place d’un grand parking.

Olivier Paz a remis la Légion d’Honneur à deux vétérans du 9e Bataillon. Rom avait caché son âge pour pouvoir être enrôlé, affirmant qu’il avait 18 ans alors qu’il n’en avait que 16. « Largué trop à l’Est, le 6 juin au matin. Il ne parviendra jamais à rejoindre l’objectif, il retrouvera le bataillon à Bréville et participera à toutes les batailles jusqu’au franchissement du Rhin, en 1945. Lors de cet ultime combat, le crucifix qu’il portait dans sa poche de poitrine lui sauvera la vie en stoppant la balle qui allait l’atteindre en plein coeur. »
Philip, deuxième décoré, a été enrôlé au sein du 9e Bataillon, le 5 juin. « Il ne rejoindra la Normandie que quelques semaines plus tard et participera à la libération de Putot-en-Auge, de Dozulé et de Beuzeville. Blessé, au cours des combats, il sera rapatrié au Royaume-Uni, avant de rejoindre son bataillon et la ligne de front, jusqu’à la fin du conflit. »
Olivier Paz a accroché, au revers du veston, la Légion d’honneur à ces deux vétérans que l’on retrouvera sur le sol français aux cérémonies traditionnelles du 6 juin.

6/03 – Opération de grand nettoyage à la Batterie de Merville-Franceville

benevoles

Une quinzaine de personnes s’est donné rendez-vous samedi matin. Objectif : préparer l’ouverture du site fortifié allemand prévue pour la mi-mars.
Ils étaient tous au rendez-vous, samedi, à 8 h 30, devant l’entrée du site de la Batterie de Merville. Chacun des quinze présents avait en tête le programme qui était le sien pour la journée. Pascaline Dagorn, directrice du musée, avait réparti judicieusement les tâches pour que le site soit en ordre de marche, tant à l’intérieur des casemates qu’à l’extérieur, pour le jour de l’ouverture, le 15 mars.
Soin et minutie dans les vitrines
Comme il est impossible, en période d’ouverture, de nettoyer à fond l’intérieur des casemates, les dames, minutie oblige, ont pour tâche de se glisser parmi les objets et mannequins exposés derrière les vitres et de procéder à leur dépoussiérage. Les vitres également ne sont pas oubliées.
« C’est un travail qui a l’avantage de se dérouler dans une température constante et agréable », note la présidente.

Tous droits réservés - Site et Musée de la Batterie de Merville -