Un arbre pour les pupilles des sapeurs-pompiers

Une plaque a également été dévoilée. | OUEST-FRANCE

Un arbre du souvenir pour les pupilles des sapeurs-pompiers de France a été planté à la Batterie. Un symbole quand on connaît l’histoire du lieu : le don de soi pour le pays.

L’initiative

Vincent Marchand, président des pupilles des sapeurs-pompiers de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), a choisi le site de la Batterie de Merville pour y créer un lieu du souvenir, en hommage aux soldats du feu tombés dans l’exercice de leurs fonctions, lieu symbolisé par la plantation d’un robinier.

Plusieurs raisons dans ce choix : le président connaît bien la région et tout particulièrement ce que fut l’assaut de la Batterie, dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, par les hommes du lieutenant-colonel Terence Otway. Il connaît aussi Olivier Paz, président de l’intercommunalité et maire de Merville-Franceville. Ces deux raisons l’ont conduit à amener l’association des voitures anciennes, Les Rouleurs de belles mécaniques, vers Merville. Cette association organise, tout au long de l’année, des animations caritatives afin de venir en aide aux pupilles des sapeurs. 54 voitures qui étaient présentes sur le site, samedi après-midi, pour accompagner vingt pupilles, âgés de 8 à 32 ans.

« Les pupilles sont soutenus financièrement par notre organisme. Nous ne percevons pas de subvention de quiconque, nous ne fonctionnons qu’avec les dons d’associations ou particuliers, explique Vincent Marchand. Les sapeurs sont au service des personnes avec dévouement et courage, ils s’engagent jusqu’au sacrifice suprême. Cet arbre et son espace sont, pour nous tous, un lieu de recueillement en mémoire de ceux qui sont partis, nous ne les oublions pas. »

Christophe Blanchet, député, a évoqué « cette terre qui a connu le courage et le dévouement des bérets amarante, il y a 75 ans. Les soldats du feu sont eux aussi toujours présents, leur devise est de secourir, sauver, parfois au prix de leur vie. »

Olivier Paz a repris cette similitude « qui résonne dans ce lieu chargé d’histoire, la devise des parachutistes : échouer n’est pas une option. Dans la nuit du D-Day, alors qu’ils devaient être 750 au rendez-vous, seulement 150 se présentèrent et 75 échappèrent à la mort, mais l’opération avait réussi et le Débarquement pouvait commencer. »

Chacun des vingt pupilles a mis un peu de terre au pied de l’arbre avant que les élus et responsables ne dévoilent la plaque en mémoire des sapeurs tombés au service. Plus de cent personnes ont assisté à cette cérémonie émouvante.